Les chambres obscures


Par titre | Par auteur | Réverbération | Réflexion | Prise deux | Carnets d’écrivains | Recherche

Jean-François Villeneuve, , roman, collection « Réverbération », novembre 2018, 150 p., 24 $. ISBN : 978-2-89763-064-5 (édition papier) • 978-2-89763-065-2 (édition numérique PDF).

« Mon père, cet homme d’images et de peu de mots. Cet homme pour qui l’émotion était décuplée par la présence de taches de couleur et de tons de gris, par les réactions chimiques qui forment, comme par magie, l’essence même de la mémoire, des souvenirs et de l’Histoire avec un grand H. Mon père : photographe de profession, photographe de guerre par nécessité. »
Karim, jeune homme volontaire, vient de perdre son père, photographe de presse. Ce dernier laisse derrière lui quantité de photos prises un peu partout sur le globe. Ses points chauds, surtout. Parmi les clichés, des scènes de guerre, et des visages inconnus. S’entame alors pour Karim un deuil doublé d’une quête des origines. Résolu à retourner en ex-U.R.S.S., où il aurait vu le jour, Karim quitte Montréal pour l’Ingouchie, où il espère rencontrer une femme que son père aurait passionnément aimée et dont il ignore tout.
Les chambres obscures parle de notre époque, de ses traumatismes, de ses abandons et, aussi, de la recherche de la vérité, notion d’autant plus nécessaire qu’elle se fait de plus en plus rare.

Jean-François Villeneuve a étudié en cinéma et en journalisme avant d’exercer cette profession et celle de photographe dans plusieurs médias québécois. Fasciné par la littérature et les mécanismes de la narration depuis son adolescence, il publie, avec Les chambres obscures, son tout premier roman.








Site optimisé pour Safari 5.0, Firefox 5.0 et Explorer 9.0. Également optimisé pour une résolution de 1680 par 1050.